Grande conférence de la Santé

  • Grande Conférence de la Santé

    #Santé

    Le jeudi 11 février 2016 a eu lieu la Grande conférence de la santé qui a rassemblé tous les acteurs du système de santé. Si cet événement initié par le Premier ministre en mars 2015 a été boycotté par certains syndicats de médecins libéraux, le SNMKR a fait le choix d’y participer pour exprimer au gouvernement les attentes des kinésithérapeutes.


    Durant cette conférence, a été évoquée l’évolution des parcours professionnels, des métiers et des conditions de travail des acteurs du monde de la santé. Il a également été question de repenser l’articulation entre soin, enseignement et recherche.

    Pour finaliser la préparation de cet événement, le SNMKR, l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes, la FFMKR et la FNEK ont été reçus le mercredi 10 février par le cabinet de la ministre de la Santé.

    Sans revenir sur le tiers payant, le Premier ministre, Manuel Valls a annoncé au magazine Le Généraliste  que cette « Grande conférence de la santé [était] l’occasion d’annoncer des réformes à court terme et de préparer des évolutions à plus long terme ».

    En tant qu’organisation représentative des kinésithérapeutes, le SNMKR a présenté aux pouvoirs publics ses propositions qui ont traité :

    1. de l’universitarisation de la formation initiale ;
    2. de la redéfinition des contours de la profession au regard de nouvelles missions ;
    3. de l’accompagnement de l’évolution de carrière des kinésithérapeutes.

    Nous vous présentons quelques unes des propositions qui nous semblent fondamentales pour moderniser et améliorer les conditions d’exercice de notre profession :

    • notre formation initiale qui a été réformée doit être reconnue au grade de master 2 (5 années de formations et 300 ECTS).

    • Le virage pris par le gouvernement dans le « sport santé » ne doit pas se faire au détriment des patients ; pour cela nous avons besoin d’une clarification du rôle de chaque professionnel, dont celui du kinésithérapeute.

    • Nous refusons la tentative d’écarter les kinésithérapeutes de l’ostéopathie en augmentant massivement leur nombre d’heures de formation.

    • Concernant le DPC, les Kinésithérapeutes doivent bénéficier de leur propre CSI. Cette Grande conférence de la santé initiée par le Premier ministre doit tenir ses promesses, celles d’anticiper l’évolution de notre profession. Le SNMKR s’engage à être une force de proposition et sera attentif aux engagements du gouvernement.


    Syndicat National des Masseurs Kinésithérapeutes Rééducateurs
    15, rue de l’Épée de Bois 750005 Paris
    Tel : 01 45 35 82 45 - Fax : 01 47 07 70 23 - n°19395
    secretariat@snmkr.fr - http//www.snmkr.fr

Nous utilisons des cookies pour faire fonctionner ce site Internet, améliorer son utilisation et vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt. Veuillez noter qu'en utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Pour toute information sur les cookies notamment comment les gérer, cliquer ici